Dardanelles 1915-2015 : pourquoi ?

Le 19 février 1915, les flottes françaises et britanniques tentèrent une première opération de bombardement contre les forts ottomans qui défendaient le détroit des Dardanelles.
Les Alliés, très condescendants à l’égard de l’armée ottomane, espéraient forcer le passage jusqu’à Istanbul, débarquer un contingent de fusiliers-marins et obtenir la reddition du Sultan.

Les franco-britanniques pourraient ainsi accéder à la Mer Noire et ravitailler l’empire tsariste. Cette vision simpliste de la situation est principalement le fruit de la pensée d’un homme ; le Premier Lord de l’Amirauté britannique : Winston CHURCHILL.

Winston Churchill en Premier Lord de l'Amirauté

Winston CHURCHILL en Premier Lord de l’Amirauté

L’échec du bombardement des forts sera suivi d’une seconde opération navale un mois plus tard, mais devant l’impasse d’une solution uniquement navale, les gouvernements français et britanniques vont rassembler plusieurs milliers d’hommes en vue de débarquer dans la presqu’île de Gallipoli pour s’assurer le contrôle des forts et la neutralisation définitive des batteries d’artillerie côtière.

C’est ainsi que le 22 février 1915 fut créé le CORPS EXPÉDITIONNAIRE D’ORIENT (C.E.O.), placé sous les ordres du général d’AMADE.

250px-Albert_d'Amade

Général d’AMADE (1856-1941)

Au cours de l’année 1915, plus de 79 000 soldats français issus de métropole et de l’empire vont participer aux terribles combats des Dardanelles contre l’armée ottomane encadrée par des officiers allemands, dont leur général-en-chef Liman von SANDERS.

Trop longtemps négligés par l’historiographie officielle au profit des troupes britanniques, la SAM2G, grâce à un dépouillement minutieux des Journaux de Marche et d’Opérations des unités du C.E.O. ainsi que des archives britanniques, a décidé d’honorer la mémoire de ces soldats oubliés tout au long de l’année 2015 en publiant quotidiennement le récit de leurs exploits et de leurs souffrances sur ce site.

SYLVAIN FERREIRA

Entamez la conversation